Accueil > Les espaces naturels protégés et gérés > Les espaces protégés de Polynésie française > Eiao

Eiao

L’aire de gestion des habitats ou des espèces de Eiao

L’île de Eiao est administrée par la Direction de l’environnement en collaboration avec le Service du Développement Rural (SDR).

Situation – Description de l’île de Eiao

L’île de Eiao, aujourd’hui inhabitée, est située à l’extrémité Nord Ouest de l’archipel des Marquises qui est divisé en deux groupes :
- celui du Nord qui compte les îles de Eiao, Hatutu, Nuku Hiva, Hatu iti, Ua Huka, Ua Pou et le banc de sable de Motu One ;
- et celui du Sud qui compte les îles de Fatu Uku, Hiva Oa, Tahuata, Mohotani, Fatu Hiva et le Motu Nao.

Eiao appartient au domaine privé du territoire et elle est rattachée administrativement à la commune de Nuku Hiva. C’est une île d’origine volcanique de 39,2 km2 (12,6 km de long et 3,7 km de large). Elle culmine à 577 mètres d’altitude.

« Elle se présente sous la forme d’un croissant dont les côtes SE et NO sont très pentues, entrecoupées de rares baies bien abritées et qui délimitent un plateau intérieur compris entre 400 et 550 m d’altitude.

La couverture végétale y est aujourd’hui très largement modifiée par l’action humaine avec plusieurs centaines d’hectares de sols nus et érodés à cause du surpâturage herbivore (moutons essentiellement, cochons accessoirement mais bœufs auparavant), de larges pans composés d’espèces végétales introduites envahissantes (Acacia farnesiana, Leucaena leucocephala et Annona squamosa), et de rares forêts relictuelles à Pisonia grandis, Hibiscus tiliaceus, Pandanus tectorius, Cordia subcordata et Thespesia populnea. Plusieurs espèces végétales rares, endémiques et/ou protégées sont néanmoins encore trouvées sur l’île tandis qu’elle ne semble plus constituer un site remarquable pour l’avifaune.

L’île porte, par ailleurs, des vestiges importants d’une occupation polynésienne ancienne avec de nombreuses structures lithiques et ateliers de taille d’herminette et autres artefacts en basalte.

Cette île constitue également une source de viande (moutons et cochons) et dans une moindre mesure de bois de sculpture (Cordia subcordata et Thespesia) pour les habitants des îles habitées du groupe Nord des Marquises » (Butaud et Jacq, 2007).

Plan de situation et vue de l’île.

L’île n’est accessible que par voie maritime.

Arrêtés et historique du classement

L’île de Eiao et son domaine public maritime attenant ont été classés par l’arrêté n°2559 DOM du 28 juillet 1971 en vue de leur préservation et en raison de l’intérêt scientifique qu’ils présentent. Ils ont été reclassés en aire de gestion des habitats et des espèces, ou catégorie IV par l’arrêté n°1225 PR du 14 août 2000. Cette catégorie de classement est définie dans la délibération n°95-257 AT du 14 décembre 1995 sur la protection de l’environnement naturel en Polynésie française

Caractéristique de l’aire de gestion des habitats et des espèces

La surface globale de l’aire de gestion des habitats et des espèces de Eiao est de 2253 km2. (39,2 km2 de terres émergées et 2214 km2 de surface maritime).

La limite extrême de la réserve est formée par la limite du domaine public maritime qui correspond à celle des eaux territoriales. En Polynésie française, les eaux territoriales s’étendent jusqu’à 12 milles des lignes de base, qui permettent de situer approximativement la limite de cet espace naturel protégé à 22 km des côtes.

L’île a subit d’importantes modifications liées à la présence des hommes et à l’introduction volontaire ou non d’espèces nouvelles (moutons, rats, etc.).

Toutefois, elle possède encore des caractéristiques qui justifient son classement à l’heure actuelle avec

la présence sur Eiao d’espèces végétales remarquables, rares et/ou protégées :
- Abutilon sachetianum (Malvacées)
Ce petit arbre protégé et endémique des Marquises est présent dans la quasi-totalité des grandes îles marquisiennes mais n’a pas été retrouvé récemment à Eiao ;
- Achyranthes marchionica (Amaranthacées)
Cette amaranthacée arborescente, récoltée pour la première fois en 1922 à Eiao, a été localisée sous la forme de 2 pieds en 2008 sur Eiao. Elle peut donc être considérée comme en danger critique d’extinction sur Eiao (CR). Cette espèce est par ailleurs protégée depuis 2006 ;
- Bidens beckiana (Astéracées)
Arbrisseau endémique des îles de Eiao et Hatuta’a, cette espèce a un territoire restreint et peut être considérée comme en danger d’extinction (EN) sur Eiao ;
- Fimbristylis cymosa (Cypéracées)
Cette herbacée est ind
igène de Polynésie française et n’avait encore jamais été récoltée aux îles Marquises bien que présente à Hawai’i. Elle a, depuis, été récoltée également à Ua Huka ;
- Heliotropium marchionicum (Boraginacées)
Cet arbrisseau endémique des Marquises est restreint aux îles de Eiao et Nuku Hiva. Il peut être considéré comme en danger d’extinction (EN) sur Eiao ;
- Nicotiana fatuhivensis (Solanacées)
Cet arbrisseau protégé, endémique des Marquises, aux feuilles épaisses et aux grandes fleurs blanches est présent dans la plupart des îles marquisiennes. Il peut être considéré comme en danger d’extinction (EN) sur Eiao ;
- Oxalis gagneorum (Oxalidacée)
Cet arbrisseau protégé et endémique des Marquises est présent sur les îles de Eiao, Nuku Hiva, Ua Huka, Hiva Oa, Tahuata et Fatu Hiva. Il peut être considéré comme en danger critique d’extinction (CR) sur Eiao ;
- Sesbania marchionica (Fabacées)
Cet arbuste aux belles fleurs rouges à orangé est endémique des Marquises où il n’est connu que de Ua Huka, Fatu Hiva et de Eiao où il a été observé pour la première fois en 2008. Cette espèce peut être considérée comme en danger critique d’extinction (CR) sur Eiao ;
- Terminalia glabrata var. brownii (Combrétacée)
Ce grand arbre dont la variété brownii est endémique des Marquises est présent sur la plupart des grandes îles marquisiennes (à l’exception de Hatutaa). Il peut être considéré comme en danger critique d’extinction (CR) sur Eiao ;

la présence sur l’île de 23 espèces d’oiseaux : 4 sont endémiques de l’archipel des Marquises et 5 inscrites sur la liste des espèces protégées de catégorie A :
- la Salangane des Marquises (Aerodramus ocistus), une espèce endémique des Marquises et présente sur tout l’archipel ;
- la Rousserolle des Marquises du nord (Acrocephalus percernis), une espèce endémique des Marquises ;
- le Courlis d’Alaska (Numenius tahitiensis), une espèce migratrice ;
- la Gallicolombe des Marquises (Gallicolumba rubescens) : cette espèce a disparu de Eiao mais elle est encore présente sur deux îles inhabitées des Marquises ;
- le Monarque-pie de Eiao (Pomarea fluxa) qui est une espèce considérée comme éteinte.
Eiao fait également partie des zones importantes pour la conservation des oiseaux (ZICO) ;

la présence sur l’île d’un patrimoine archéologique important avec plus d’une centaine de sites recensés. » (Butaud et Jacq, 2007 modifié et Candelot, 1980, 2007 ; Charleux, 2007)

Au niveau marin, une étude récente a montré que « les points remarquables sont cependant des assemblages benthiques et ichtyologiques peu affectés par les activités humaines d’exploitation directe » (Lison de Loma et al, 2008). Elle a également permis d’inventorier :
- 118 espèces de poissons dont 17 sont endémiques. Ces chiffres traduisent un fort taux d’endémisme ;
- 9 genres de coraux dont 2 genres de coraux noirs qui sont réglementés en Polynésie françaises.

Objectifs de gestion

Les objectifs de gestion qui sont visés pour les aires de gestion des habitats et des espèces sont :
- la préservation des habitats et des espèces ;
- la mise en place de programme de recherche ;
- la surveillance continue de l’environnement ;
- l’information et l’éducation du public.

A ce jour, l’espace naturel protégé de Eiao n’a pas de comité ni de charte de gestion.

Toutefois, des propositions pour la gestion de l’espace naturel protégé de Eiao ont été faites après une analyse qui a pris en compte : les propositions issues de diverses études menées sur le terrain, le patrimoine de l’île et les menaces qui pèsent sur elle.

Les recommandations en termes de gestion sont les suivantes :
- la mise en place d’un plan de chasse et du suivi des populations d’ongulés (cochons, moutons) ;
- la facilitation de l’accès de l’île aux chasseurs ;
- la prise de mesures de protection ciblées de formations végétales encore bien conservées et de populations d’espèces végétales remarquables ;
- la mise en place de dispositif pour lutter contre l’érosion ;
- la prise de mesures de protections des sites archéologiques remarquables ;
- l’information des populations sur le classement de l’île de Eiao et ce que cela entraine au niveau de ce qu’il est possible d’y faire et ce qui ne l’est pas ;
- l’interdiction d’introduire de nouvelles espèces, qu’elles soient animales ou végétales ;
- le contrôle de l’accès à l’île et de ce qui s’y passe par la mise en place de gardes ;
- la réalisation d’études scientifiques complémentaires et le suivi des mesures qui seront mises en place ;
- l’organisation de visites pédagogiques et éco touristiques proposée par M. Charleux
(Butaud et Jacq, 2007 modifié)

Missions scientifiques et études réalisées

L’île de Eiao a fait l’objet de plusieurs missions et études ayant fait intervenir des spécialistes de nombreuses disciplines : géographes, archéologues, historiens, anthropologues, botanistes, biologistes marins, ornithologues, etc.

Ont été particulièrement étudiés :

- la faune terrestre et notamment les oiseaux ;
- la flore terrestre ;
- les vestiges archéologiques ;
- la géologie de l’île ;
- l’hydrologie ;
- la faune et la flore marine.

Situation actuelle

L’espace naturel protégé de Eiao a fait l’objet de nombreuses études dans divers domaines et plusieurs missions pluridisciplinaires y ont été menées. Des études ont permis de mettre en évidence que cette île a subit de nombreuses dégradations liées à l’homme et aux espèces animales et végétales qui y ont été introduites (moutons, cochons, chats, rats, …). Des espèces inventoriées il y a plusieurs années n’ont pas été observées récemment. Elles ont probablement disparu à cause des pressions qui s’exercent sur cette île et qui sont : le surpâturage, la prédation par des espèces animales introduites, le développement d’espèces végétales envahissantes, l’érosion, la destruction de semences ou de nids.
Au niveau marin, les peuplements ne semblent pas être affectés.
Face à cette situation, il est donc envisagé , comme le prévoit le classement en catégorie IV, de mettre en place rapidement un comité de gestion qui serait composé : d’un représentant de la commune, de l’administrateur territorial, d’un représentant du Service du développement rural, d’un représentant de chacune des associations de protection de la nature, d’un représentant des chasseurs, d’experts scientifiques de l’administration (ou non), et d’un représentant de la Direction de l’environnement.
Une fois qu’il sera créé, la mise en place du plan de gestion pourra se faire. Les mesures qui ont été préconisées suite aux différentes études menées seront soumises à ce comité qui pourra alors les réviser si besoin est, ou s’il y a des désaccords, le compléter et/ou en préciser les modalités.

Réglementation

Arrêté n°2559 DOM du 28 juillet 1971
Arrêté 1225 PR du 14 août 2000
Délibération n°95-257 AT du 14 décembre 1995

Liens

Arrêté n° 1225 PR du 14 août 2000 reclassant les sites et monuments naturels de Polynésie française dans l’une des catégories prévues par la délibération sur la protection de la nature
http://www.lexpol.pf/LexpolAfficheTexte.php?texte=107935

Délibération n° 95-257 AT du 14 décembre 1995 relative à la protection de la nature
http://www.lexpol.pf/LexpolAfficheTexte.php?texte=182174

Documentation

BUTAUD J.F., 2007. Guide des plantes remarquables des îles basses marquisiennes : Eiao, Hatuta’a et Mohotani. Direction de l’environnement de la Polynésie française : 12p

BUTAUD J.F. & JACQ F., 2007. Eléments de hiérarchisation et de définition des priorités de gestion des îles protégées de Eiao, Hatuta’a et Mohotani dans l’archipel des Marquises. Direction de l’environnement de la Polynésie française : 9p

BUTAUD J.F. & JACQ F., 2007. Eléments pour servir au plan de gestion de l’aire protégée de l’île de Eiao, archipel des Marquises, groupe Nord. Direction de l’environnement de la Polynésie française : 125p

CANDELOT J.L. 1980. Contribution à la prospection archéologique des îles Marquises : l’île d’Eiao. JSO 66-67 : 105-118.

CANDELOT J.L., 2007. Eiao et Hatuta’a : Les îles inhabitées du nord de l’archipel des Marquises. Contribution à la mission de mars 2007. Ministère du tourisme et de l’environnement de Polynésie française : 41p.

CANDELOT J.L., 2007. Eiao et Hatuta’a. Les îles inhabitées du nord de l’archipel des Marquises, éléments scientifiques pour l’inscription sur la liste des sites du Patrimoine mondial de l’Humanité de l’UNESCO Ministère du tourisme et de l’environnement de Polynésie française : 15 p.

CHARLEUX M., 2007. Rapport d’une mission sur Eiao (Archipel des Marquises – Polynésie française) Volet archéologie. Rurutu. Rapport non publié.

CHARLEUX M., 2007. Mise en évidence d’échanges entre Hawai’i et Eiao. Note préliminaire succincte, non publiée (1 page).

DAGUE P., 1973. Etude hydrologique de l’île de Eiao (Archipel des Marquises). BRGM CEA : 29p.

DEMANGE J. LEGOF P., 1973. Etude géologique de l’île de Eiao (Archipel des Marquises). BRGM CEA : 50p.

FLORENCE J., 1997. Flore de la Polynésie française. Volume 1 Editions de L’ORSTOM, Paris : 393 p

LE BEL S., GARINE WICHATITSKY M., 2007. Mission pluridisciplinaire en vue de l’élaboration d’un plan de gestion des espaces protégées des Marquises (5 au 19 mars 2007). Ministère du tourisme et de l’environnement de Polynésie française : 78p.

LIOTARD J.M., BARSCZUS H.G., 1984. Contribution à la connaissance pétrographique et géochimique de l’île de Eiao Archipel des Marquises. CR.Acad Sc Paris, t 298 série II n°8 : 347- 350

LISON DE LOMA T., WHITE J.-S., PLANES S., 2008. Inventaire des communautés benthiques et ichtyologiques de l’île de Eiao (Archipel des Marquises, Polynésie Française). UMS 2978 CNRS-EPHE, RA 159 : 39 pp + 2 annexes.

MEYER, J.Y. COOTE, T., BUTAUD, J.F, FLORENCE, J., THIBAULT, J-C., 2005
Sites de conservation importants et prioritaires en Polynésie française. Contribution à la biodiversité de Polynésie française N°13. Sites Naturels d’intérêt écologique V. Délégation à la recherche, Papeete : 35p.

OTTINO P., 2007. Mission pluridisciplinaire en vue de l’élaboration d’un plan de gestion des espaces naturels protégés de Eiao et Hatutaa (5 au 19 mars 2007). Ministère du tourisme et de l’environnement de Polynésie française : 20p.

RAUST P. & GANGLOFF B., 2007. Visite des îles Eiao et Hatuta’a – Archipel des Marquises – 10 au 16 mars 2007. SOP Manu.

THIBAULT J.C. 1989. L’avifaune des îles Eiao et Hatutu (Polynésie française, Pacifique Sud) Modifications intervenues au XXème siècle. L’oiseau et Rev Fr Orn 59 : 305-324

THIBAULT J.C., BRETAGNOLLE V., 2007. Atlas des oiseaux marins nicheurs de Polynésie française et du groupe de Pitcairn, texte. Ministère du développement durable de Polynésie française : 84 p

THIBAULT J.C., BRETAGNOLLE V., 2007. Atlas des oiseaux marins nicheurs de Polynésie française et du groupe de Pitcairn, planches. Ministère du développement durable de Polynésie française : 91 p

TRONDLE J., VON COSEL R. 2005. Inventaire bibliographique des mollusques marins de l’archipel des Marquises. MNHN Smithsonian Institution, Washington DC : 76p.

Cartographie

- Plan de situation
- Relief
- Construction et ouvrage d’art remarquables
- Carte géologique simplifiée
- Unités écologiques
- Espèces envahissantes
- Espèces végétales protégées et remarquables
- Formations végétales
- Sites archéologiques
- Zones d’intérêts patrimoniaux