• B.P. 4562, 98713 Papeete-Tahiti
  • +689 40 47 66 66
  • direction@environnement.gov.pf

Les récifs coralliens et les lagons

 

La diversité des récifs coralliens de Polynésie française est remarquable.

 

Les différents types de récifs en Polynésie française

 

Un important travail de cartographie des structures géomorphologiques des récifs coralliens a été réalisé pour l’édition de l’atlas des récifs coralliens de Polynésie française (Anfrefouët et al, 2005). Sur 127 grandes unités géomorphologiques existant au niveau mondial, 40 sont présentes en Polynésie française.

 

Atolls et bancs

 

Un atoll est un système isolé, important en taille, qui possède une structure périphérique annulaire dont la majeure partie est visible, enserrant ainsi un lagon.

Un banc corallien est un système isolé et important en taille de forme quelconque et souvent pour partie immergé. La Polynésie française comprend quelques bancs profonds (non comptabilisés dans les surfaces de récifs).

 

Récifs barrières

 

Ce sont des récifs généralement linéaires, séparés de la côte par un lagon plus ou moins profond, par une terrasse lagonaire peu profonde rejoignant la côte ou par un complexe de récifs frangeants.

On distingue le récif barrière externe, interne et le récif barrière côtier uniquement séparé de la côte par un lagon ou une terrasse lagonaire peu profonds, en continuité avec un complexe frangeant. C’est un récif fréquent en Polynésie française et dans l’Indopacifique.

 

Récifs frangeants

 

Les récifs frangeants sont des récifs directement accolés à la côte ou, au plus, séparés d’elle par un étroit chenal.

On distingue 7 sous complexes de récifs frangeants qui diffèrent par leurs expositions, par leur possible appartenance à un complexe de récif barrière, par leur structure : le récif frangeant exposé à l’océan ; le récif frangeant exposé à des mers intérieures ; protégé de lagons ; protégé de baies ; le récif frangeant de récif barrière côtier et le récif frangeant diffus.

 

Complexe de massifs coralliens

 

La Polynésie française comprend essentiellement des complexes de massifs coralliens de lagon, ainsi que quelques massifs exposés à l’océan et aux mers intérieures (ou baies).

 

 

Les lagons

 

Un lagon est « une dépression de profondeur et d’extension variables, soit située en arrière d’un récif barrière, soit limitée de toutes parts par des constructions récifales » (Battistini et al, 1975), où les formations coralliennes se répartissent en massifs coralliens ou pinacles coralliens. Par endroit, il est également possible d’y observer des dalles qui correspondent à des récifs anciens.

En Polynésie française, la majorité des îles est munie d’un lagon dont les caractéristiques (taille, forme, profondeur, etc.) varient d’une île à l’autre. Ces derniers représentent une superficie totale de 12 907 km².

Avec une superficie de plus de 1 500 km², le lagon de l’atoll de Rangiroa est le plus grand de Polynésie française, il est ouvert sur l’océan et à une profondeur moyenne de 35 m.

Un des plus petit est celui de l’atoll de Pinaki (moins de 1 km²), qui est en train de se combler et de s’assécher comme ceux de Rekereka ou Puka Puka.

D’autres lagons d’atoll sont totalement asséchés comme ceux de Akiaki, Tikei ou Tepoto Nord.