• B.P. 4562, 98713 Papeete-Tahiti
  • +689 40 47 66 66
  • direction@environnement.gov.pf

Les espèces végétales envahissantes

En Polynésie française, environ 1800 espèces végétales ont été introduites. Les résultats d’une étude menée par Fourdrigniez et Meyer et publiée en 2008 indique qu’un « total de 57 plantes fortement envahissantes a été identifié en Polynésie française, soit environ 10% de la flore secondaire ».

Les espèces végétales menaçant la biodiversité

 

Compte tenu des menaces que représentent ces espèces, la code de l’environnement de la Polynésie française, dans son article A. 123-2 dresse une liste de 35 espèces végétales (appartenant à 23 familles et 32 genres) menaçant la biodiversité, et pour lesquelles la réglementation prévoit les mesures particulières suivantes :

· interdiction d’importation nouvelle, en Polynésie française, sous tous régimes douaniers et qu’elle qu’en soit l’origine ; 
· interdiction de propagation et interdiction de transfert d’une île à l’autre.

La destruction de ces espèces est autorisée.

Quelques exemples d’espèces végétales envahissantes

 

Télécharger le guide des espèces végétales menaçant la biodiversité

L’exemple du Miconia (Miconia calvescens) illustre bien les risques que présentent les espèces invasives. « Le Miconia, originaire d’Amérique centrale et du Sud, introduit comme plante ornementale à Tahiti en 1937, représente le cas le plus spectaculaire d’invasion biologique en Polynésie française. Il est aujourd’hui présent sur deux tiers de l’île de Tahiti (soit plus de 80 000 ha).

il a envahi la majorité des zones situées entre 10 m et 1 400 m d’altitude, incluant les forêts hygrophiles et ombrophiles d’altitude. 

Il forme des couverts denses quasi-monospécifiques, provoquant une diminution de la lumière au sol et une accumulation de feuilles en litière. Le Miconia est reconnu comme menace directe pour environ 58 plantes endémiques de Tahiti, spécifiques des sous bois et des forêts humides, dont 44 appartiennent aux catégories UICN les plus sensibles (Meyer, 2001). Des orchidées terrestres rares, de petits arbustes de sous-bois, et de petits arbres sont parmi les plus menacés. Les forêts à Miconia remplacent les forêts indigènes à Pandanus et Cyathea (fougères arborescentes). Sur les pentes fortes, les couverts denses de Miconia, dépourvus de strate herbacée ou arbustive, favorisent l’érosion du sol et les glissements de terrain. Le Miconia est également soupçonné d’assécher les rivières. Le “Cancer Vert”, comme il est appelé populairement à Tahiti, a réussi à contaminer les îles voisines de Moorea, Raiatea (Uturaerae, Apooiti) et Tahaa, et plus récemment celles de Nuku Hiva et Fatu Hiva aux Marquises par l’intermédiaire de transport de terre contaminée par des graines. Certaines plantes menacées par le Miconia sont considérées au bord de l’extinction. Les genres les plus touchés sont Cyrtandra, Ophiorrhiza, Psychotria, Myrsine, Sclerotheca (Meyer, 2001) » (Extrait de « Etat de l’environnement de la Polynésie française », 2007)

Pour lutter contre certaines espèces végétales envahissantes, des opérations d’arrachages manuels ont été entreprises sur plusieurs îles (dont Tahiti, Raiatea, Tahaa, Nuku Hiva, etc.) à l’encontre de différentes espèces. Elles sont conduites par les services administratifs du pays (Service du Développement Rural, Direction de l’environnement, Délégation à la recherche), en partenariat avec des associations, l’armée, etc.